Beauté

Quelle est la différence entre le microblading et le microshading ?

Si vous êtes adepte du maquillage semi-permanent des sourcils, vous avez déjà certainement entendu parler du microblading et du microshading. Souvent confondues entre elles, ces 2 techniques sont toutefois bien différentes l’une de l’autre, et les résultats de chacune sont aussi distinctes l’une de l’autre. Alors, quelle est la différence entre le microblading et le microshading, et laquelle d’entre elles convient le mieux à votre profil ?

Des points communs

Ces 2 techniques de maquillage semi-permanent ont le même objectif, celui d’apporter une amélioration esthétique aux sourcils grâce à une coloration légère de ceux-ci. Egalement appelées « tatouage médical », ces techniques consistent en une dermopigmnetation. Ce procédé corrige, intensifie ou remplit la ligne des sourcils pour un embellissement durable.

Le microblading comme le microsgading consiste à insérer avec une aiguille, un pigment coloré sous les couches superficielles de la peau. Comme il s’agit toutes les deux de techniques semi-permanent, des retouches seront à faire, mais à intervalle différente selon le type de maquillage.

Le microblading, c’est quoi ?

La technique du microblading également appelée le « poil à poil », dessine un à un les poils du sourcil avec un stylo doté de fines aiguilles. Les pigments sont ensuite implantés selon la couleur naturelle de vos poils. Cela va créer l’illusion d’une ligne de poils plus fournie et parfaitement bien dessinée.

Le microblading est conseillé dans le cas des sourcils très fins, très clairsemés et surtout s’ils sont inexistants. La reproduction d’un effet de poil est idéalement discrète. Elle est recommandée pour les personnes qui ne souhaitent pas maquiller leurs sourcils tous les jours. Elle est également indiquée si vous souhaitez combler les manques tout en apportant une belle harmonie à votre ligne de sourcils.

Concernant les retouches, il faudra les faire dans les 2 ou 3 mois qui suivent la technique.

Le microshading ou la technique de l’ombrage

Le microshading se rapproche beaucoup de la technique de tatouage. Il s’agit de remplir la zone du sourcil à la façon d’un coloriage, mais de la manière la plus naturelle possible. Le résultat obtenu donne un effet poudré et un sourcil en relief. Un rendu « fondu » très naturel est créé avec le dermographe qui insère subtilement dans la couche superficielle de l’épiderme, des pigments. Ceux-ci  redessinent et comblent la ligne sous forme de minuscules points dont les contours sont fondus.

Cette technique est idéale pour les personnes qui ont l’habitude de se maquiller les sourcils tous les jours. Elle est également parfaite pour apporter une belle intensité à votre regard.

La tenue de ce maquillage est estimée à environ 1 an, selon le type de peau. Les pigments auront tendance à s’estomper plus rapidement sur les peaux hâlées. Toutefois, une retouche après la cicatrisation est indispensable. Soit environ 3 semaines après la première séance.

Microblading ou microshading ?

Il est parfaitement possible de combiner ces 2 techniques de maquillage semi-permanent des sourcils. Cela s’appelle le « sourcil mixte », qui consiste en général à faire un microblading au début du sourcil et un microshading sur le reste de la ligne du sourcil.

Vous aurez ainsi une ligne parfaite, nette et bien tracée pour un bon moment !

Beauté

Comment savoir de quoi ont besoin mes cheveux ?

Comprendre ses cheveux est essentiel pour savoir quels soins et quels produits sont adaptés pour en prendre soin. Les 3 besoins incontournables des cheveux sont l’hydratation, la nutrition et les protéines. Ces soins capillaires sont différents l’un de l’autre, et chaque cheveu exprime son propre besoin. Découvrez vite comment savoir de quoi ont besoin ses cheveux pour avoir une magnifique crinière brillante de santé.

Hydrater le cheveu

Quelques solutions naturelles existent sur Accessoires Cheveux Mode pour bien prendre bien soin de ses cheveux. Le plus souvent, les cheveux ont surtout besoin d’être hydratés que nourris. Mais ils peuvent également avoir besoin à la fois d’hydratation et de nutrition. Pour reconnaitre des cheveux déshydratés, il faut repérer certains signes comme une sensation rêche au toucher. Les pointes seront aussi rugueuses et les longueurs très électriques.

Par ailleurs, des cheveux en manque d’hydratation se cassent facilement et gonflent à la moindre trace d’humidité. Les cheveux ondulés, bouclés, frisés et crépus sont déshydratés en permanence. Il leur faut des soins et des produits à base d’eau, de miel, d’aloe vera, de glycérine…

Le miel ou encore la mélasse ont des effets miraculeux sur des cheveux déshydratés. Le gel d’aloe vera également est une véritable star en cosmétique, autant pour les cheveux que pour la peau. Il est en est de même pour la glycérine qui apporte une hydratation intense à condition de l’utiliser avec parcimonie dans les préparations capillaires.

Nourrir le cheveu

Ce sont les cheveux secs qui sont souvent en manque de nutrition. Ils sont fourchus, ils se cassent très facilement et ils ont tendance à s’emmêler la plupart du temps. Il s’agit d’un manque de gras qu’il faut combler grâce à des soins spécifiques.

Faire des bains d’huile une fois par semaine est conseillé pour nourrir le cheveu. Ce soin se fait 30 minutes avant le shampoing hebdomadaire et encore mieux, la veille du shampoing.

Il est alors possible de faire un mélange de plusieurs huiles pour nourrir intensément et en profondeur la fibre capillaire. Par exemple, vous pourrez mélanger de l’huile d’olive avec de l’huile d’avocat pour protéger, pour apporter de la brillance et une grande douceur à vos cheveux.

Il faut noter que les cheveux gras peuvent parfaitement avoir besoin d’être nourris. Si vous avez des racines grasses et des pointes sèches, les bains d’huile sont très bénéfiques à vos cheveux. Optez alors pour des huiles « légères » comme l’huile de noisette ou encore l’huile de nigelle qui ont également des propriétés sébo-régulatrices.

Apporter des protéines au cheveu

Des cheveux en manque de protéines peuvent avoir l’air de cheveux en manque d’hydratation. En principe, le besoin en protéines est causé par des agressions du cheveu avec des traitements chimiques tels que l’application de produits de lissage, de coloration et de décoloration à outrance. Ce mal-être capillaire se traduit par des longueurs très élastiques, cassants, mous…

Le soin aux protéines passe par un masque protéiné qui rendra vos cheveux très doux. Utilisez des ingrédients comme la spiruline ou encore le jaune d’œuf dans vos masques. Les protéines « hydrolysées » présentes dans les masques proposés dans le commerce sont aussi très intéressantes.